Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘09. Radio-Libertaire’ Category

Après « Ras-les-murs » et « Traffic », encore une émission « historique » qui jette l’éponge. Après trente-trois années de présence à l’antenne, Laurent-Nicolas annonce qu’il met fin à l’émission « Nuit off », chaque samedi à 23 heures sur Radio-Libertaire.
Sur son blog, il retrace ce que fut pour lui cette aventure dans un texte savoureux, « Une goûte d’huile pour radio libertaire… ».
Salut l’ami, et merci pour toutes ces nuits « de qualité » !

* https://www.malaxi.net/passage/2021/10/780-nuits-de-ma-vie-environ-.html

Read Full Post »

S’il fallait qu’un scénariste se lance dans une série sur les misérables magouilles des gens de pouvoir au sein d’une organisation politique, les divers épisodes de la vie de Radio-Libertaire depuis quelques années lui offriraient une source inépuisable d’inspiration. Dernier épisode en date.

_______________

Cela fait maintenant pour le moins vingt-cinq ans que Philippe Raulin campe au secrétariat de Radio-Libertaire (RL), dont il a fait sa propriété privée dans une indifférence stupéfiante d’une grande partie des adhérents de la Fédération anarchiste (FA). Certes, il n’a pas toujours été officiellement membre dudit secrétariat, mais a toujours veillé à y placer ses pions apprivoisés et ainsi garder la main sur l’outil.
Lors d’une assemblée des animateurs de RL, l’un des secrétaires s’étant plaint de n’avoir pas été informé du renvoi de certaines émissions s’était vu rembarrer sèchement par cette remarque : « Toi, n’oublie pas que tu n’es qu’un prête-nom ! » Parmi ces « hommes » de paille figura un temps sa propre fille, prénommée Camille, qui se distingua par son incompétence et une stricte fidélité à son papa. Certains animateurs peu respectueux de l’Autorité ne désignaient plus alors RL que sous l’appellation « Epicerie Raulin père et fille ». Je me souviens pour ma part que deux copains rencontrés par hasard dans le métro parisien m’avaient raconté en rigolant que des réponses à des messages envoyés à la fille, alors secrétaire à la programmation, leur parvenaient via l’adresse mail du père.
En 2019, cette prometteuse Camille fut nommée au poste de secrétaire générale de la FA… pour disparaître aussitôt, sans fournir la moindre explication, ni orale ni écrite. Le milieu militant ne s’est certes jamais véritablement distingué par une grande élégance. Mais là, foutre ainsi le camp sans un mot au lendemain même de sa nomination, c’était aller très loin en matière de mépris souverain vis-à-vis d’une organisation qui l’avait placée à ce poste.
Bye bye Camille, donc, dont tout le monde (ou presque) était sans nouvelles… jusqu’à ce samedi 9 octobre 2021 où se tenait, au siège de la FA, à Paris, une réunion interne des mandatés. Et là, surprise !, les militants présents, dont certains effarés, apprenaient que les trois membres de l’actuel secrétariat radio avaient décidé d’y intégrer… Camille, qui jouait l’arlésienne depuis plus de deux ans, et cela pour occuper le poste vacant de secrétaire à la programmation, sans passer par le congrès qui seul est habilité à désigner les mandatés, selon les principes de base de la FA. Mais les principes, notre vaillant trio ne va pas s’emmerder avec ça ! Quoi de plus savoureux que la tambouille en famille ?!
Que les trois secrétaires de RL, après qu’il a été fait barrage à des militants bien réels lors du dernier et récent congrès de la FA, décident de faire appel à cette fantômette bien dressée, qui s’est comportée d’une façon si désinvolte, que nul n’a revue depuis plus de deux ans et qui théoriquement n’est même plus adhérente FA puisque n’ayant pas payé de cotisations depuis belle lurette ; que la personne en question puisse se prêter à cette combine ; tout cela en dit long sur l’idée que se font ces quatre personnages de la morale de comportement, de l’éthique, qui paraît-il est la colonne vertébrale de la philosophie anarchiste.

Read Full Post »

Epaulettes d’adjudant-chef.

Le communiqué qu’ont rédigé Agnès et Thierry, les animateurs de l’émission « Traffic », dans lequel ils exposent les raisons de leur départ, a valu à ce dernier une réponse de la part d’un des mandatés quasi permanents de la Fédération anarchiste, siégeant actuellement au « bureau » de Radio-Libertaire.
Petit devoir laborieux où se mêlent langue de bois et faux-culisme élevé au rang des beaux-arts, agrémenté de quelques médiocres piques à l’adresse de Thierry, cette réponse ne mériterait guère d’être ici commentée si le froid bureaucrate qui en est l’auteur n’y faisait allusion à ma personne.

Usant d’une antiphrase, l’adjudant-chef de RL « remercie » en effet Thierry d’avoir indiqué le lien vers « le blog de Floréal qui est comme chacun sait un « ami » de radio libertaire et de la FA ».
Quiconque lit sur ce blog les textes consacrés à Radio-Libertaire, et très rarement à la Fédération anarchiste, aura remarqué sans peine qu’ils visent uniquement la gestion calamiteuse et le comportement déplorable d’une petite clique d’éternels « responsables » dont fait partie ce contremaître de RL. Que cela l’amène à s’identifier aussitôt à une organisation tout entière et à l’un de ses outils dans son ensemble ne fait que confirmer sa mégalomanie et son penchant détestable et de longue date pour l’exercice d’un pouvoir misérable.
N’en déplaise à cet autre roitelet, qui est loin d’être la FA et RL à lui seul et que j’inviterais volontiers à plus de modestie si cela lui était possible, je compte bien des amis (sans guillemets) parmi les animateurs de la radio et les adhérents FA, comme chacun sait. En témoignent, entre autres, les messages de sympathie que me valent en privé les textes consacrés à RL, ainsi que mes réponses toujours favorables lorsqu’on m’invite à m’exprimer, par la parole ou par l’écrit, au micro de RL ou dans les colonnes du Monde libertaire. A croire que ceux-là qui me proposent de parler et d’écrire sont aussi des ennemis de RL et de la FA. Evidemment, cela se fait indépendamment de lui et de ses acolytes. Je conçois que cela le chagrine et lui fasse écrire de telles âneries.

____________

Prochain article : « RL : le retour de l’arlésienne ».

Read Full Post »

Rencontre

« … des animateurs/trices sont contraints de courber l’échine
pour éviter au mieux d’être blacklisté/e/s, au pire d’être viré/e/s. »
(Thierry, émission « Traffic »)


Samedi 9 octobre, quelque part dans Paris. Je suis venu assister à une rencontre festive. Je bavarde avec quelques amis quand arrive un copain, animateur de Radio-Libertaire. Après quelques échanges aimables, il me dit avoir lu mon texte* sur l’arrêt de l’émission « Traffic », qu’un autre copain lui a transmis. Il est tout à fait d’accord avec ce que j’ai écrit, précise-t-il, approuvant lui aussi ce qu’évoquent dans leur communiqué les animateurs de « Traffic » quant au mauvais climat au sein de la radio.
« Nous on reste pour ne pas perdre notre créneau sur l’antenne, ajoute-t-il. Mais on fait comme les autres, on ne dit rien car il est capable de nous virer, l’autre. » Je ne lui demande pas qui est cet « autre », l’Ubu-roitelet de RL, car je le devine aisément. « Tu crois qu’il ferait ça ? », lui demandai-je, faussement naïf. « Il peut nous virer sous n’importe quel prétexte », me répond-il.
J’ai face à moi un animateur bénévole d’une radio dite libertaire, qui se confie comme le ferait un salarié vivant dans la crainte de perdre son boulot et qui se tient peinard pour n’être pas victime de l’autorité imbécile d’un minable chefaillon.
Etrange et triste impression…

____________

* https://florealanar.wordpress.com/2021/09/23/le-traffic-est-interrompu-sur-la-ligne-89-4/

Read Full Post »

A l’époque où Radio-Libertaire ne connaissait pas le sommeil profond dans lequel elle est aujourd’hui plongée, les galas de soutien furent nombreux.
Le 28 septembre 1985, c’est Gil Cerisay, Hamou Cheheb, Maurice Fanon, Claude Féron, Marc Ogeret, Sapho, Sarcloret et le groupe Tchouk Tchouk Nougâh qui manifestaient à leur tour leur solidarité envers notre station en venant interpréter leurs chansons sur la scène de la Mutualité, à Paris. L’af
fiche était signée Cabu.

Read Full Post »

Après bien d’autres, l’émission « Traffic », l’une des toutes dernières émissions « historiques » de Radio-Libertaire, jette l’éponge.

Dans un communiqué, ses animateurs, Agnès et Thierry, l’ont fait savoir et en exposent les raisons. Sans surprise, ce sont exactement celles qui ont amené depuis des années bien des militants et sympathisants à délaisser les micros, les uns avec fracas, d’autres plus discrètement, mais tous écœurés par ce qu’a fait de la station la détestable petite clique inamovible qui s’en est emparée.
« Je n’ai plus la volonté de défendre les valeurs de l’anarchisme au sein même d’une radio que se sont appropriés quelques sots autoritaires. Je n’ai plus l’envie de rester là où des animateurs/trices sont contraints de courber l’échine pour éviter au mieux d’être blacklisté/e/s, au pire d’être viré/e/s. Je n’ai plus ni la volonté, ni l’envie de rester dans cet espace où les idées anarchistes sont en contradiction constante avec son fonctionnement », écrit Thierry, confirmant ce que pour ma part je dénonce depuis belle lurette, ayant eu affaire de près à ces fossoyeurs, toujours en poste.
Souhaitant qu’il y ait un jour une réaction de la part de ceux-là qui se montrent étrangement indifférents ou trop craintifs pour affronter cette situation, Thierry conclut par ces mots : « De là à imaginer une grève générale expropriatrice à Radio Libertaire, suivant cette pratique anarchiste qui incite à l’appropriation des outils de production par celles et ceux qui les font vivre, il n’y a qu’un rêve… »
De son côté, Agnès, en accord avec son ami Thierry sur ce qui précède, établit le constat désolant d’une gestion autoritaire et cadenassée, confiée aux mêmes personnes depuis des décennies : « Pas de débat, pas d’AG, pas de projets. L’esprit d’amitié libertaire, d’autogestion et d’expérimentation en commun a été banni par l’absolutisme. »

Arrivé en novembre 1981 à RL, Thierry, devenu aujourd’hui le plus ancien des animateurs, avait d’abord créé l’émission « Trisomie 21 », en janvier 1982, puis ensuite « Musiques sans frontières », « Epsilonia » et enfin « Traffic » avec Agnès, arrivée en 1992.
Près de quarante années de présence à l’antenne pour l’un, près de trente pour l’autre, voilà donc deux animateurs de plus qui préfèrent tourner la page, découragés. Il est à prévoir que cet énième épisode déplorable dans l’histoire de RL ne fera ni chaud ni froid aux « responsables », indifférents à tout sauf à garder la main sur cet outil. Agnès et Thierry, voilà deux noms qui viendront s’ajouter à ceux de Sylvain Briant*, Jacques Lesage de La Haye** et nombre d’autres, traités par le mépris malgré le travail formidable effectué pour cette radio, aujourd’hui devenue moribonde, dans l’indifférence d’une Fédération anarchiste étonnamment tolérante envers des pratiques insensées.
Merci à vous deux, Agnès et Thierry, pour toutes ces années à RL. Vous aurez compté parmi les voix qui ont honoré cette station. Ceux qui vous font l’abandonner, momentanément je l’espère, n’en sont que les parasites.

____________

* Voir https://florealanar.wordpress.com/2019/02/11/salut-sylvain/
** Voir https://florealanar.wordpress.com/2019/10/16/radio-libertaire-ras-les-murs-sarrete/

Read Full Post »

Pour clore le chapitre consacré au quarantième anniversaire de Radio-Libertaire (RL), tournons-nous vers le présent.
Dans une série d’articles* de décembre 2019, j’ai écrit ici même ce que je pensais de la programmation actuelle. Deux ou trois militants de la Fédération anarchiste (FA) bas de plafond n’ont évidemment voulu y voir que du négatif, alors que j’ai clairement souligné tout ce qui me semblait de qualité. Passons…
Cette programmation n’a guère changé depuis. Ceux qui veulent s’y intéresser de près disposent pour cela d’un parfait outil**, bien que non officiel. Il s’agit d’un site internet non mis en ligne par le secrétariat radio, qui présente des qualités essentielles, à savoir que la grille de programmation y est mise à jour très régulièrement, et que son utilisation est simplissime, en particulier en ce qui concerne les podcasts.

Car c’est un autre aspect de la situation désolante d’aujourd’hui. Le site officiel de Radio-Libertaire est incapable, depuis plusieurs années, de fournir à ses visiteurs une grille de programmation correspondant à la réalité. Lorsqu’on clique sur le lien « Programmation », sur la gauche de la page d’accueil, apparaît l’image du feuillet imprimé qu’on trouvait naguère au siège de RL, la librairie Publico. Au-dessus de l’image figure cette précision : « Dernière mise à jour : 18 février 2020 » (sic).
Lorsqu’on clique ensuite sur le lien « Podcast », il est précisé qu’il est possible d’y accéder de trois façons différentes, l’une d’elles via la grille de programmation (mais qui n’est pas la même que celle évoquée ci-dessus). Cette seconde grille n’est pas plus à jour que l’autre. On y trouve, pour prendre un exemple, une émission disparue de RL depuis plus de quatre ans (!). Je serais tenté d’affirmer qu’il y a là comme un mépris certain envers les personnes éventuellement intéressées par la radio de la FA, mais on va encore dire que je suis méchant et que ça porte tort à RL, ce qui me ferait beaucoup de peine…
Face à cette situation illustrant l’incompétence du secrétariat permanent de la radio, surnommé « la petite bande sans fin », un militant de la FA, sensible au principe éminemment anarchiste qui veut qu’on prenne ses affaires en main, a donc créé ce site internet proposant une programmation à jour, et offert aux auditeurs la possibilité d’écouter les émissions en podcast. Car, sur ce dernier point, il faut savoir également que le lien du site officiel de RL permettant l’écoute en différé est resté en rade durant plus d’une année (!).
Cette initiative individuelle d’un militant venue pallier l’incurie du secrétariat radio a néanmoins entraîné des réactions hostiles de quelques adhérents FA. Ces charmants camarades, qui n’ont jamais rien eu à dire de la gestion calamiteuse des petits propriétaires « à vie » de RL, n’ont soudain pas eu de mots assez durs envers ce militant faisant œuvre
utile, et cela parce qu’il n’est pas mandaté ! Mieux vaut rien qu’un travail de qualité qui n’obéit pas au règlement, voilà leur devise ! On marche sur la tête.

____________

* Voir https://florealanar.wordpress.com/2019/12/02/a-lecoute-de-radio-libertaire-1/
https://florealanar.wordpress.com/2019/12/09/a-lecoute-de-radio-libertaire-2/
https://florealanar.wordpress.com/2019/12/17/a-lecoute-de-radio-libertaire-3/


** Voir https://www.anarchiste.info/radio/libertaire/programme.html

Read Full Post »

Après la saisie-saccage* opérée par la police à Radio-Libertaire, le 28 août 1983, la Fédération anarchiste appela à une manifestation de protestation et de soutien, à Paris, une semaine plus tard, le 3 septembre. A l’issue de cette manifestation, nous faisions entendre aux nombreux manifestants présents l’indicatif de la station et annoncions que Radio-Libertaire réémettait, en toute illégalité.

____________

* Voir https://florealanar.wordpress.com/2021/08/27/28-aout-1983-saisie-de-radio-libertaire/

Photos Marcel Lannoy.

Read Full Post »

Quand Radio-Libertaire est née, et durant toute la période où nous fûmes peu nombreux à l’antenne, nous avions décidé, dès la fin de l’indicatif de la station, Le Temps des cerises joué à l’orgue de Barbarie, de lire un texte de Boris Vian qui déjà en son temps combattait le monopole d’Etat en matière de radiodiffusion. C’est Gérard Caramaro qui se chargeait chaque soir de sa lecture, après quoi nous lancions invariablement la chanson dynamique Antonio el Camborio, d’après un poème de Federico García Lorca mis en musique par Mikis Theodorakis et chanté par Maria Farantouri.
Voici le texte de Boris Vian et la chanson.

____________

« Question insidieuse : Pourquoi ne pas réserver l’usage exclusif de cette invention admirable, l’imprimerie, à la confection et à la publication du Journal officiel ?
Qui ferait cette proposition en séance plénière de la Chambre des députés, outre qu’il récolterait un certain nombre de voix, serait assuré de bénéficier d’un précédent assez remarquable. Car il existe en France un organisme qui s’est approprié avec une absence de vergogne parfaitement délicieuse le monopole d’une invention dont l’importance est, au XXe siècle, plus grande encore que celle de l’imprimerie. Cet organisme, la Radiodiffusion française, est une branche annexe de ce corps vague appelé État qui revêt les apparences d’un fromage de gruyère géant dont on distribue les trous au public, et la matière aux rats censés représenter ledit public au sein du fromage en question. »

(Boris Vian, En avant la zizique)

Read Full Post »

Communiqué

Nous soussignés, Gérard Caramaro et Floréal Melgar, fondateurs de Radio-Libertaire en septembre 1981 avec notre ami Jacky-Joël Julien aujourd’hui disparu, tenons à souhaiter un bon anniversaire à cette station qui nous est chère.
Par station, nous entendons, cela va de soi, les animateurs bénévoles qui continuent à faire vivre R-L, quarante ans après sa création. Nous ne la confondons pas, en effet, avec son secrétariat, devenu depuis de nombreuses années la propriété privée de quelques individus qui vont aujourd’hui jusqu’à empêcher d’autres militants de les y rejoindre ou, mieux encore, de les remplacer.
Avoir évincé un nombre non négligeable d’animateurs pour des raisons scandaleuses ou inexpliquées, en avoir installé d’autres à l’antenne, totalement ignorants en matière d’anarchisme mais dociles, avoir anéanti toute vie collective, autrefois si intense, au sein de R-L, voilà en effet le triste bilan de ces fossoyeurs.
Nous ignorons si des célébrations de cet anniversaire sont prévues. Quoi qu’il en soit, comme pour les anniversaires précédents depuis plus de vingt ans maintenant, nous savons d’ores et déjà que nous qui avons mis sur pied cette radio ne serons pas conviés à participer aux éventuelles réjouissances.
Si, pour les « responsables » actuels de R-L, nous n’existons pas, il n’en va fort heureusement pas de même pour nombre de militants et d’animateurs de cette station. C’est à eux que s’adressent nos vœux en ce jour anniversaire.
Longue vie à Radio-Libertaire ! À bas le pouvoir et la bureaucratie !

Gérard Caramaro et Floréal Melgar

Read Full Post »

Older Posts »