Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘08. La chanson non crétinisante’ Category

Le paillasson en poil de chien de garde, plus haute distinction destinée aux éditorialistes du journalisme servile, est attribué à l’unanimité du jury à Jean-Michel Aphatie pour sa brillante manifestation d’allégeance au chef de l’Etat : « Le ton, le contenu, les propositions : Emmanuel Macron a réussi l’intervention qu’il ne pouvait pas manquer. S’il y a un acte V des Gilets jaunes, il faudra en expliquer sérieusement la raison. »

Publicités

Read Full Post »

En septembre 1981, quand Radio-Libertaire est née, la station s’est immédiatement distinguée par son propos politique, bien sûr, mais aussi et peut-être surtout par une programmation musicale presque exclusivement orientée vers la chanson française dite à texte. Mais à sa naissance notre station était pauvre en disques. Quelques années plus tard, dans un numéro du Magazine libertaire, Jacky-Joël Julien, l’un des trois fondateurs de la station, racontait : «  Au départ, Radio-Libertaire ne possédait pas de discothèque. Floréal et moi avons mis en commun nos propres disques. Comme par hasard (mais en est-ce bien sûr) on retrouvait les mêmes chanteurs : Ferré, Brassens, Brel, Lavilliers, Debronckart, etc. Evidemment, ne possédant que ceux-là, nous n’avons programmé que des artistes qui correspondaient à notre goût profond. Et les premiers auditeurs écoutant notre station téléphonaient tous pour nous dire leur joie d’entendre enfin sur la bande FM autre chose que les âneries habituelles du show-business. »
Pour étoffer cette bien maigre discothèque des premiers jours, nous avons donc fait appel à la générosité des auditeurs. Et très vite la station put disposer d’une belle collection de disques, grâce aux nombreux dons qui nous parvinrent.
Parmi ces sympathiques donateurs, nous eûmes l’agréable surprise de voir arriver un jour, dans la cave qui nous servait de studio, à Montmartre, la comédienne Maria Pacôme, auditrice des premiers instants, portant à chaque bras un sac rempli de vinyles. La rencontre fut des plus agréables et aussi des plus cocasses, notre invitée, prise d’une envie irrépressible et en l’absence de toilettes dans ladite cave, n’hésitant pas à se soulager dans le seul endroit que nous pûmes lui proposer : un lavabo. Souvenir…
Salut, Maria !

Read Full Post »

Read Full Post »

Il s’appelait Antonio Pedraza, il avait 61ans, et cette saloperie de crabe l’attendait au tournant et a finalement eu raison de notre ami, mort lundi 17 septembre au matin. Ses amis l’ont accompagné une dernière fois aujourd’hui jusqu’au crématorium de Montfermeil.
Il était un habitué du Forum Léo-Ferré où il s’est longtemps montré photographe très discret. Beaucoup de ses clichés d’artistes, réalisés entre 2003 et 2011, ont servi à illustrer la brochure éditée pour le dixième anniversaire du Forum, en 2011. Nous en conservons bien d’autres, sur ces magnifiques tirages papier qu’il nous a offerts en abondance durant toutes ces années-là. Nous n’oublierons pas sa générosité et la gentillesse qui allait de pair avec sa discrétion. Salut l’ami !

Read Full Post »

Triste nouvelle. L’amie Krystel, arrivée à Radio-Libertaire à la fin de l’année 1988 pour faire équipe avec Laurent Nicolas, créateur et animateur de l’émission « Nuit off », est décédée soudainement le 22 août.
Avec les amis Jacques Lesage de La Haye, Nicole Fontan et Patrick Marest, nous avons eu souvent le plaisir de partager un peu de temps avec cette jeune femme toujours souriante et enjouée lorsqu’elle venait nous rendre visite durant les émissions que nous animions ensemble, « Ras les murs » et « Avis de tempête ».
Oui, bien triste nouvelle.

 

Read Full Post »

L’arrivée récente à la présidence de l’Etat cubain du pantin nommé Díaz-Canel en remplacement de Castro le Petit, lui-même successeur de son grand frère Fidel, n’a évidemment rien changé à la nature profonde du régime castro-communiste. La dictature qui s’est instauré sur l’île il y a près de soixante ans maintenant se maintient, et il n’aura pas fallu attendre longtemps pour connaître le nom du premier prisonnier d’opinion de l’ère Díaz-Canel. Il s’agit d’Ariel Ruiz Urquiola, biologiste et chercheur en agro-écologie renommé, déjà sanctionné professionnellement par le passé pour ne pas s’être rendu complice d’une monstruosité (voir le texte de Lynn Cruz et « L’affaire de la navette de Regla », ci-dessous) et condamné aujourd’hui à une peine de prison ferme pour « outrage ».
Pour mieux comprendre, je vous propose ici de lire le témoignage de la comédienne Lynn Cruz*, amie personnelle d’Ariel Ruiz Urquiola et elle-même victime d’une interdiction d’exercer librement son métier, ainsi que de larges extraits d’un article d’Isbel Díaz Torres, un camarade libertaire cubain.

__________

La révolution cubaine
emprisonne un scientifique révolutionnaire

Ariel Ruiz Urquiola

« Un scientifique en danger à Cuba », tel était le titre d’un article publié récemment par le journal Miami Herald. Il s’agit d’Ariel Ruiz Urquiola, un chercheur dont les travaux sont connus au-delà des frontières de Cuba.
Homme digne, à la pensée élevée et aux valeurs sûres, il était venu chez moi un après-midi afin de me témoigner sa solidarité pour l’injustice dont j’étais victime et qui m’empêche aujourd’hui de travailler en tant que comédienne à Cuba, pour des raisons semblables à celles auxquelles il est lui-même confronté et qui l’ont amené en prison.
Ruiz Urquiola, à l’époque où Fidel Castro gouvernait encore, refusa de signer une lettre ouverte, approuvée par nombre de ses collègues ainsi que par de nombreux intellectuels et artistes cubains, en soutien à la décision de fusiller les trois jeunes gens s’étant emparé de l’embarcation effectuant la navette entre La Havane et Regla (voir « L’affaire de la navette de Regla », ci-dessous). Il exprima alors son refus d’être complice d’un crime. Il fut expulsé pour cette raison de son poste de professeur à l’université de La Havane, en 2003.
A l’époque, des écrivains comme José Saramago ou Eduardo Galeano, des artistes comme Ana Belén ou Víctor Manuel, qui sympathisaient avec la révolution cubaine, exprimèrent leur désaccord avec le régime.
Quelques années plus tard, Ruiz Urquiola obtint de pouvoir exercer à nouveau son métier de scientifique, sa peine étant apparemment purgée. Mais lors d’un congrès en Californie, il présenta les résultats d’une enquête sur la chasse sauvage des tortues à Pinar del Río et dans la localité de Nuevitas, dans la province de Camagüey. Il fut aussitôt expulsé de son travail. Sa dernière occupation en tant que scientifique survint après qu’il eut obtenu une bourse pour œuvrer en lien avec l’institut Humboldt, en Allemagne. Ruiz Urquiola entama dans le même temps une grève de la faim pour protester contre le manque de médicaments nécessaires pour lutter contre la maladie de sa sœur, atteinte d’un cancer.
Sa protestation permit de mettre en lumière une série de négligences et de manques envers des patients vivant dans des conditions similaires à l’hôpital oncologique de La Havane. Suite à ses licenciements, il s’installa a Pinar del Río où il travaillait dans une ferme qu’il partage avec sa mère et sa sœur.
Il vient d’être condamné à un an de prison, pour outrage, après plusieurs actions menées par la Sécurité d’Etat contre sa ferme.
Ruiz Urquiola vit comme il pense, suivant les traditions révolutionnaires « martiennes* », comme un homme honnête qui défend le droit de penser et de parler sans hypocrisie.
Plus de cent ans après la mort au combat de l’apôtre, sur cette terre où eut lieu une révolution « martienne », on ne peut toujours pas être libres ni honnêtes.

Lynn Cruz
(Traduction Floréal Melgar)

 

* « Martienne » : adjectif bâti à partir du nom de José Marti, considéré comme un héros national et comme l’apôtre de la lutte pour l’indépendance cubaine.

Source : Havana Times

__________

Lynn Cruz

Lynn Cruz

Lynn Cruz est une comédienne cubaine, lauréate de plusieurs prix d’interprétation. C’est aussi une femme qui s’intéresse de près à la vie politique et sociale de son pays et qui a décidé de dire et d’écrire ce qu’elle en pense. Or, pour s’exprimer librement à Cuba où aucun média ne peut exister sans dépendre du tout-puissant Parti communiste, la seule solution est d’avoir recours aux sites et blogs de la sphère internet, ce qui bien sûr ne peut se faire sans risques. Lynn Cruz s’exprime donc régulièrement sur le blog « Havana Times », et cela lui a déjà valu par le passé quelques ennuis auprès des autorités cubaines. Mais ces derniers temps ces ennuis ont atteint un degré majeur puisque Lynn Cruz est passée devant une sorte de cour de justice du travail présidée par un bureaucrate stalinien de la plus belle espèce, du nom de Jorge Luis Frías Armentera.
Il faut savoir que pour exercer son métier à Cuba, tout comédien doit être obligatoirement inscrit à l’une des deux agences qui regroupent tous les membres de la corporation et qui dépendent, bien évidemment, de l’Etat. Récemment, Lynn Cruz s’est vu signifier son expulsion de l’agence Actuar où elle était inscrite, sans que les raisons de son licenciement lui soient notifiées et sans que la procédure légale elle-même soit respectée. Elle a donc fait appel et s’est vue convoquée devant une sorte de tribunal inquisitorial pour y vivre ce qui s’apparente à un sordide procès stalinien dont nous n’avons malheureusement pas les images mais seulement l’enregistrement sonore, que je propose ci-dessous à l’écoute de ceux pour qui la langue espagnole est familière.
Au cours de cette séance quelque peu surréaliste, le larbin de l’Etat commence par reconnaître que la réglementation n’a pas été respectée concernant l’expulsion de la comédienne de l’agence, et lui propose de recommencer l’opération. Il lui annonce donc ensuite qu’elle se voit dans un premier temps réintégrée à l’agence pour une durée de trente jours. A l’issue de ce délai, imposé par la procédure, elle se verra radiée de nouveau, et cette fois définitivement et dans les règles, ce qui se traduit concrètement par une interdiction professionnelle. Quant aux motifs de cette radiation, elles n’ont évidemment strictement aucun rapport avec le métier qu’exerce Lynn Cruz. Il lui est reproché et signifié très clairement que sa collaboration journalistique au blog « Havana Times » justifie cette décision inique, exprimée en ces termes par le paillasson stalinien de service : « Vos manifestations sur internet ont été offensives envers et contre les principaux dirigeants de ce pays, du gouvernement et du Parti. » C’est donc pour une question « éthique » – ce salopard ose prononcer le mot – que Lynn Cruz se voit officiellement privée de la possibilité de travailler dans son pays.

Floréal Melgar

 __________

L’affaire de la navette de Regla

Nous sommes à la fin mars et au début avril 2003, une période connue à Cuba sous le nom de « Printemps noir ». Le monde ayant alors les yeux tournés vers l’Irak, où la guerre vient de commencer, le gouvernement cubain va en profiter pour lancer une terrible vague de répression contre les dissidents de l’île, membres d’organismes consacrés à la défense des droits de l’homme, des bibliothécaires et vingt-sept journalistes indépendants, les médias officiels cubains étant tous entre les mains du Parti communiste.
Entre le 18 et le 21 mars 2003, soixante-dix huit personnes vont donc être arrêtées et condamnées dans la foulée à des peines de 15 à 20 d’emprisonnement, et même jusqu’à 36 ans pour le maçon et plombier Orlando Zapata, qui mourra d’ailleurs en prison le 23 février 2010 après une grève de la faim.
C’est dans ce contexte particulièrement répressif que de jeunes Cubains décident alors de fuir leur pays pour se rendre aux Etats-Unis, comme l’avaient fait ou tenté de le faire des centaines de milliers d’autres une dizaine d’années plus tôt lors de la fameuse « crise des
balseros », ces embarcations de fortune bricolées pour traverser le détroit de Floride. Pour atteindre leur but, ces jeunes gens, eux, ont une autre idée : s’emparer du petit bateau qui, dans la baie de La Havane, fait la navette entre la vieille ville et le quartier de Regla. Ce qu’ils firent le 2 avril 2003 en montant à bord de la navette Baraguá et en changeant sa destination. Malheureusement, un détail qui a son importance va causer leur malheur : le manque de carburant. L’embarcation va en effet tomber en panne assez rapidement. Les jeunes gens entreront alors en contact avec les autorités cubaines, et auront même droit à parler par téléphone à Fidel Castro lui-même, qui les convaincra de se rendre tranquillement contre la promesse que rien ne serait fait contre eux. Neuf jours plus tard, le 11 avril 2003, trois de ces jeunes gens, Lorenzo Copello, Bárbaro Sevilla et Jorge Martínez, étaient fusillés à La Havane. Un de leurs camarades sera condamné à 30 ans de prison, et trois jeunes femmes à 5 ans, 3 ans et 2 ans d’emprisonnement.
Cette vague de répression et ces exécutions ayant entraîné quelques remous jusque chez des personnalités sympathisant jusque-là avec le régime castriste, comme le Prix Nobel portugais de littérature José Saramago ou la comédienne et chanteuse espagnole Ana Belén, le gouvernement cubain va alors avoir recours à l’une de ces méthodes particulièrement dégueulasses que les régimes communistes savent utiliser avec un certain savoir-faire. Dans un premier temps, il fera signer par vingt-sept personnalités du monde intellectuel et artistique cubain un texte de soutien au gouvernement justifiant la répression et les exécutions commises. Dans un second temps, il étendra la méthode à tout le pays, exigeant le même soutien des secteurs scientifique et de l’Université. Le procédé, destiné à contrecarrer la modeste campagne de protestation en usant de l’argument éculé du « faire le jeu de l’impérialisme américain », permettait dans le même temps de s’assurer du degré de domestication de tous ceux qui occupaient à Cuba un poste important. Et c’est donc ce document qu’Ariel Ruiz Urquiola, aujourd’hui emprisonné à Cuba, refusa de signer en 2003 pour ne pas se faire le complice d’un crime, ce qui entraîna sur-le-champ son licenciement du poste de professeur qu’il occupait à l’université de La Havane.

Floréal Melgar

__________

Un tribunal cubain
met en péril un projet agro-écologique à Viñales

Isbel Díaz Torres

L’écologiste cubain Ariel Ruiz Urquiola a été condamné ce mercredi 8 mai à une année de prison, au cours d’un procès sommaire qui s’est tenu au tribunal municipal de Viñales, dans la province occidentale de Pinar del Río, mettant en péril la continuité d’un projet agro-écologique vital.
Dans une nouvelle démonstration d’agissement arbitraire des fonctionnaires cubains, ce remarquable chercheur a dû répondre du délit d’outrage pour s’être opposé au continuel harcèlement dont il est victime avec sa famille dans sa ferme agro-écologique située sur les hauteurs de Viñales.
Des membres du corps de gardes-forestiers ont à plusieurs reprises pénétré sur le territoire de la ferme, commis des actes de vandalisme et porté de fausses accusations contre ce militant environnementaliste. Ariel a dénoncé ces actes de violence auprès de représentants de la loi et a rendu publique la situation qui lui était faite dans des organes de presse non officiels, ce qui n’a pas été du goût de la police politique cubaine.
Avec un délai de trois jours pour faire appel de la sentence, la situation reste très précaire pour ce biologiste qui s’est présenté au tribunal en ayant entamé une grève de la faim pour protester contre le mauvais traitement qu’il subit.
Mais lui et sa famille ne seront pas les seuls affectés par cette condamnation, même si bien sûr cette peine d’emprisonnement demeure le scandale majeur. Un précieux projet écologique global, déjà entamé, est en effet mis en péril par cette condamnation. Ariel Ruiz Urquiola avait en effet commencé à développer autour de la ferme un espace réservé à l’implantation d’arbres fruitiers et d’espèces précieuses, afin de reboiser la région de la Sierra de los Organos. Il travaillait également à la création d’un espace pour bovins et ovins afin d’améliorer la variété animale à Viñales, tout en œuvrant à reconvertir des pâturages dans le but de varier l’alimentation des bêtes. A cela doit s’ajouter la construction d’une petite laiterie pour la production de fromage, et la conversion de la ferme à l’agro-écologie avec recours à des énergies renouvelables pour la production d’électricité, de biogaz et de fertilisants organiques. La création d’une pépinière, la reforestation de surfaces récupérables ainsi que leur protection contre l’élevage intensif de porcs dans les fermes voisines et la chasse illégale d’espèces théoriquement protégées.

Ariel Ruiz Urquiola

Tout ce travail doit se traduire par des effets bénéfiques significatifs non seulement pour Ariel et sa famille ou pour ses collègues qui régulièrement viennent participer à l’aventure, mais cette expérience de ferme agro-forestière pourrait aussi servir d’exemple aux autres paysans de la région. Ariel souhaite aussi créer un vaste jardin botanique consacré à la flore du Parc national de Viñales, avec des sentiers balisés, pour en instruire la population locale et les touristes. Il compte également dispenser des cours sur la biodiversité.
Il faut noter que ce projet a reçu l’aval de la société Forestal Integral La Palma, propriétaire du terrain, et du Parc national de Viñales. De plus, le secrétaire du Parti communiste cubain de l’université de La Havane a fourni un certificat confirmant les capacités d’Ariel Ruiz Urquiola à procéder aux travaux de culture et de recherche en tant que généticien.
Tout cela, bien sûr, s’effondrerait si Ariel, qui a l’usufruit des terres, devait être absent pour la durée de sa peine, tout cela pour un délit supposé d’outrage à l’Autorité.
En attendant la décision concernant l’appel du jugement, des collègues et des élèves d’Ariel cherchent des solutions pour créer un réseau de solidarité qui mette en lumière ce qui est en train de se passer.

D’après un article d’Isbel Díaz Torres
(Traduction Floréal Melgar)

Source : Havana Times

Read Full Post »

El movimiento anarquista en Cuba fue importante y hegemónico durante varias décadas; a pesar de lo que sostiene la historiografía oficial, encontramos otro lugar donde las ideas libertarias tuvieron un papel predominante frente a los que insisten en que solo en España se produjo y como hecho excepcional.
A finales de la década de 1870, existía ya en Cuba un movimiento obrero bien organizado de carácter anarquista influido por España; se trata de una fuerza precursora en la isla de la lucha de clases, la organización sindical, el antirracismo y los derechos de la mujer, según el historiador Frank Fernández. En la década de los 80, del siglo XIX, se habían creado ya varias publicaciones ácratas como El Obrero (1883) o El Productor (1887). En ese momento, el proletariado en Cuba estaba dividido en dos: los llamados unionistas, controlados por los patronos, y los anarquistas, una poderosa escuela socialista; insistimos en que el anarquismo era la principal fuerza revolucionaria, tal y como está documentado.

__________

* Frank Fernández (La Habana, 1930) es un historiador anarquista exiliado. Miembro del Movimiento libertario cubano en el exilio (MLCE) y fundador del colectivo editorial de su órgano informativo Guángara Libertaria.
Autor de El anarquismo en Cuba, escrita originalmente en español, y traducida al inglés,​ francés e italiano y La sangre de Santa Agueda.

EL ANARQUISMO EN CUBA

Read Full Post »

Older Posts »