Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘07. Cuba’ Category

Selon le dernier rapport de l’Institut de recherche sur les politiques en matière de criminalité et de justice (ICPR), basé à la faculté de droit de Birkbeck, de l’université de Londres, Cuba se classait cinquième sur la liste des pays ayant le taux de population carcérale le plus élevé au monde. Mais il est fort possible que ce pays ait « amélioré » son classement, ce rapport ne tenant pas sans doute pas compte des innombrables arrestations opérées dans l’île depuis les manifestations des 11 et 12 juillet dernier.

Les pays ayant le taux de population carcérale le plus élevé, estimé par le nombre de prisonniers pour 100000 habitants, sont les États-Unis (629), suivis du Rwanda (580), du Turkménistan (576), du Salvador (564) et de Cuba (510), selon la 13e édition de la Liste mondiale de la population carcérale, publiée en décembre dernier.
Selon le rapport, la population carcérale continue d’augmenter dans de nombreuses régions du monde, même si 53 % des pays affichent des taux inférieurs à 150 détenus pour 100 000 habitants.
Le taux mondial de la population carcérale est de 140/100000, selon les estimations. Ce rapport, réalisé par Helen Fair et Roy Walmsley, indique que la population carcérale totale dans le monde est de 10,77 millions de personnes, mais elle pourrait dépasser 11,5 millions si l’on inclut le nombre estimé de personnes emprisonnées dans les centres de détention en Chine et dans les camps de prisonniers en Corée du Nord.
Cette analyse indique également qu’il y a plus de deux millions de prisonniers aux États-Unis, et que la Chine en compte près de 1,7 million, auxquels il faut ajouter un nombre inconnu de personnes en détention provisoire et autres formes de détention.

Prison cubaine en temps de Covid.

Le Brésil compte plus de 800000 prisonniers, l’Inde près de 480000 et la Fédération de Russie plus de 470000. Ils indiquent également qu’il y a plus de 300000 prisonniers en Thaïlande, plus de 290000 en Turquie, plus de 265000 en Indonésie et plus de 220000 au Mexique. Le rapport précise également que le nombre de prisonniers augmente dans une grande partie du monde et que dans certaines régions cette croissance est vertigineuse. De 2000 à ce jour, la population carcérale totale de l’Amérique du Sud a triplé (soit une augmentation de 200%), tandis que celle de l’Asie du Sud-Est a augmenté de 116% et celle de l’Océanie de 82%.
Le rapport souligne que l’Europe est le seul continent où la population carcérale totale a diminué depuis 2000 (de 27%), en raison d’importantes baisses de la population carcérale en Russie (56%) et également en Europe centrale et orientale (49%). Cependant, la population carcérale en Europe, hors Russie, a augmenté de 5 %.
Cette analyse suggère que dans de nombreux pays le nombre de détenus a diminué au deuxième trimestre 2020 en raison de facteurs liés à la pandémie de Covid-19, même s’il est trop tôt pour dire si les baisses observées en 2020-2021 seront durables.
Pour l’auteur de ce rapport, la chercheuse Helen Fair, il est préoccupant que, face à une crise sanitaire mondiale persistante, le nombre de prisonniers dans le monde continue globalement d’augmenter, malgré les efforts déployés par de nombreux pays pour réduire le nombre de prisonniers. Helen Fair estime que les législateurs doivent désormais redoubler d’efforts pour limiter le nombre de personnes en détention, compte tenu de l’efficacité controversée de l’incarcération et des graves risques sanitaires posés par une surpopulation carcérale généralisée.

Read Full Post »

Cuba : répression (99)

Aujourd’hui : Jorge Alexis Agüero Gómez.
Jorge Alexis Agüero Gómez, âgé de 32 ans, a été condamné à dix années de prison pour participation à la manifestation de protestation contre le régime dictatorial cubain du 11 juillet dernier à Camagüey.
Ce jour-là, a-t-il témoigné, il est sorti dans les rues de la ville pour protester pacifiquement, comme des centaines de milliers de Cubains dans le pays, et a souhaité partager des images de la manifestation en la filmant et en diffusant en direct sur les réseaux sociaux. Le groupe dans lequel il se trouvait a été agressé brutalement par les forces de police. Ayant pu s’échapper, il s’est joint à un autre groupe qui, à son tour, a fait l’objet d’une brutale répression par les forces spéciales. Ayant pu s’échapper de nouveau, il s’est réfugié chez une tante, dans le quartier Saratoga, où la police est venu le chercher cinq jours plus tard. Jorge Alexis Agüero Gómez précise que les policiers venus l’arrêter se sont dans un premier temps trompés d’adresse et ont détruit la porte d’entrée de la maison d’une voisine.
Il a été condamné à dix ans de prison à l’issue d’un procès bâclé où comparaissaient d’autres manifestants, et auquel ne pouvait assister qu’un seul membre de chaque famille des prisonniers.

Read Full Post »

Cuba : répression (98)

Aujourd’hui : Leodán Pérez Colón, Yoanderley Quesada et Yoel Castillo.

Trois jeunes gens de la ville de Sancti Spíritus, Leodán Pérez Colón, Yoanderley Quesada et Yoel Castillo, ont été condamnés respectivement à des peines de cinq ans, deux ans, et un an et huit mois de prison.
Leur « crime » est d’avoir diffusé sur les réseaux sociaux une vidéo, réalisée au domicile du premier nommé, dans laquelle ils demandent la démission du président de Cuba, Miguel Díaz-Canel, « afin que le pays puisse avancer ».
Aucun des trois condamnés n’a participé aux manifestations du 11 juillet dernier dans l’île, mais c’est ce jour-là que la vidéo a été réalisée. Arrêtés au domicile de Leodán Pérez Colón cinq jours plus tard, le 16 juillet, ils ont été accusés de vouloir organiser une nouvelle manifestation le 26 juillet suivant.

Read Full Post »

Cuba : répression (97)

Aujourd’hui : Chadrián Vila Sequín.

Chadrián Vila Sequín, un jeune homme de 22 ans, père d’un bébé, qui a participé à la manifestation de protestation contre l’absence de liberté à Cuba, dans la ville de Cárdenas (province de Matanzas), le 11 juillet dernier, a été condamné à son tour à une peine de 11 années de prison. Il avait été arrêté le 17 août avec six autres manifestants, tous poursuivis pour « désordre public, vol aggravé et sabotage ».
On ignore pour le moment ce qu’il en est pour ces six autres inculpés. Dans la mesure où les charges retenues contre eux sont les mêmes, il est à craindre que les sentences les concernant soient du même ordre.

Read Full Post »

Cuba : répression (96)

Aujourd’hui : Luis Giraldo Martínez Sierra, Yeremin Salcine Jane, Victor Alejandro Painceira Rodríguez, José Alberto Pio Torres, Iván Hernández Troya, Yoslen Domínguez Víctores, Javier González Fernández, Alexander Díaz Rodríguez, Eduard Bryan Luperon Vega, Yurien Rodríguez Ramos, Yoselin Hernández Rodríguez, Leandro David Morales Ricondo et Eddy Gutiérrez Alonso.

Eddy Gutiérrez Alonso et Yeremin Salcine Jane.

Seize personnes ayant pris part aux manifestations du 11 juillet dernier à Artemisa, dans la province du même nom, ont été condamnées à des peines variant de 4 à 12 ans années de prison. Les chefs d’inculpation retenus jusque-là dans tous les procès ayant déjà eu lieu contre les participants aux révoltes de l’été dernier ont une nouvelle fois été mis en avant : « désordre public, agression et outrage aux symboles de la patrie ».
Dans le détail, c’est Luis Giraldo Martínez Sierra (âgé de 27 ans) qui écope de la peine la plus lourde, douze ans de prison. Viennent ensuite Yeremin Salcine Jane (âgé de 31 ans), dix ans de prison ; Victor Alejandro Painceira Rodríguez (âgé de 26 ans), sept ans de prison ; José Alberto Pio Torres (28 ans), Iván Hernández Troya (25 ans) et Yoslen Domínguez Víctores (33 ans), six ans de prison ; Javier González Fernández (34 ans) et Alexander Díaz Rodríguez (41 ans), quatre et cinq ans de prison, respectivement ; Eduard Bryan Luperon Vega (21 ans) et Yurien Rodríguez Ramos (42 ans), quatre ans de travail correctionnel ; Yoselin Hernández Rodríguez (39 ans) et Leandro David Morales Ricondo (23 ans) sont condamnés à cinq et quatre ans de limitation de liberté. Le jeune Eddy Gutiérrez Alonso (24 ans) se voit condamné à huit ans de prison.

Read Full Post »

Aujourd’hui : Francisco Rangel Manzano, Tania Echevarría et Leylandis Puentes Vargas.

Francisco Rangel Manzano

Trois opposants au régime cubain, Francisco Rangel Manzano, Tania Echevarría et Leylandis Puentes Vargas, ont été condamnés à six ans de prison pour leur participation aux manifestations du 11 juillet dernier dans la ville de Colón (province de Matanzas). Tous trois étaient accusés de « désordre public  et d’outrage », suivant la stratégie mise en place par la dictature cubaine envers les participants aux protestations de l’été dernier qui avaient gagné toute l’île.
Tania Echevarría et son époux Leylandis Puentes Vargas ont décidé de faire appel. Francisco Rangel Manzano avait, pour sa part, renoncé à son droit à la défense, estimant que tout est joué à l’avance. Son épouse a indiqué que le 11 juillet il n’avait pas même pu participer à la manifestation, car arrêté par la police dès la sortie de son domicile.

Read Full Post »

Aujourd’hui : Magdiel Rodríguez, Javier Delgado Torna, José Rodríguez, Carlos Michael Morales et Isel Fumero.

Cinq participants aux manifestations du 11 juillet dernier dans la localité de Caibarién, dans la province de Villa Clara, ont été condamnés à des peines allant de deux ans et demi à quatre ans et demi de prison.
Magdiel Rodríguez s’est vu infligé la plus lourde peine, quatre ans et demi ; Javier Delgado Torna et José Rodríguez, trois ans et demi ; Carlos Michael Morales, deux ans et dix mois ; et Isel Fumero, deux ans et demi.
Encore une fois, les témoins de la défense n’ont pu prendre la parole, seule l’accusation a pu se faire entendre.
Seize autres manifestants arrêtés le 11 juillet sont en attente d’un procès, poursuivis pour « désordre public, outrage et résistance ». Il s’agit de Yunior Sebey Mena, José Gabriel Arruebarruena, Andy Dunier García Lorenzo, Randy Arteaga Rivera, Mercy Daniela Pitchs Martínez, Liván Hernández Sosa, Maykel Fleites Rivalta, José Miguel Gómez Mondeja, John Luis Machado Marrero, Pedro Manuel Nicodemos Cabrera, Amanda Dalai Matatamoros Cabrera, Brian Amed Ceballo O’Reilly, Leonel Tristá García, Ariel Núñez Martínez, Armando Guerra Pérez et Lázaro Alejandro Rodríguez Ruiz.

Read Full Post »

Une nouvelle distribution de peines de prison démentes vient d’avoir lieu à La Havane, visant une fois encore les jeunes gens d’un quartier populaire de la capitale, la Güinera.
Douze des manifestants arrêtés le 12 juillet lors du rassemblement de protestation contre la dictature cubaine viennent en effet d’être condamnés à des peines allant de quinze à ving-six ans d’enfermement.
Les quelques membres des familles des jeunes gens présents au tribunal ont tous déclaré que l’audience avait été un festival invraisemblable de violations des droits humains les plus basiques. Une armada de flics avec chiens policiers avait été déployée autour et à l’intérieur même du tribunal.
Ci-dessous, les noms des condamnés et la peine de prison les concernant.

Wilmer Moreno Suárez : 26 ans d’enfermement.
Roberto Pérez Ortega : 25 ans.
Odet Hernández Cruzata :18 ans.
Reynier Reynosa Cabrera : 19 ans.
Fredy Beirut Matos : 20 ans.
Katia Beirut Rodríguez : 20 ans.
Luis Frómeta Compte : 20 ans.
Denis Ojeda Álvarez : 23 ans.
Walnier Luis Aguilar Rivera : 15 ans.
Yoandry Reinier Sayu Silva : 19 ans.
Robert Orlando Cairo Díaz : 23 ans.
Rolando Vázquez Fleita : 21 ans.

Read Full Post »

Cuba : répression (93)

Aujourd’hui : Sissi Abascal.

La jeune activiste Sissi Abascal, âgée de 23 ans, membre du collectif les Dames en blanc et du Parti pour la démocratie Pedro-Luis-Boitel*, a été condamnée à 6 ans de prison pour sa participation à la manifestation du 11 juillet dernier dans la ville de Matanzas. Elle était poursuivie pour « agression, outrage et désordre public ».
« Je suis pacifique. Je hausse la voix et continuerai de crier ce que j’ai crié ce jour-là : Changement, Liberté, A bas les Castro, A bas la dictature, Liberté pour tous les prisonniers politiques, Vive Cuba libre », avait-elle publié sur les réseaux sociaux durant son assignation à résidence, avant d’être arrêtée et de passer devant un tribunal.

____________

* « Pedro Luis Boitel était un opposant chrétien à la dictature de Batista, qui a d’abord soutenu l’arrivée au pouvoir de Fidel Castro. Il s’oppose ensuite aux frères Castro lorsqu’il se rend compte qu’ils mettent en place un régime dictatorial et oppressif. Après avoir monté une cellule d’opposition, il est arrêté et condamné à dix-huit ans de prison. Il est torturé et enfermé dans une cage en fer sans toit où il subit les intempéries, puis jeté dans un cachot où il commence une grève de la faim jusqu’à sa mort le 24 mai 1972. » (Wikipédia.)

Read Full Post »

Cuba : répression (92)

Aujourd’hui : Dayron Martín Rodríguez.

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, la mère de Dayron Martín Rodríguez, un jeune homme arrêté lors de la manifestation du 12 juillet dernier dans le quartier de la Güinera, à La Havane, annonce que son fils vient d’être condamné à 30 ans d’emprisonnement.
Comme tous les jeunes manifestants arrêtés dans ce quartier populaire et pauvre de la capitale cubaine, Dayron Martín Rodríguez a été accusé de « sédition », un délit qui permet au régime de prononcer des peines de prison invraisemblables dans la mesure où il est considéré comme une atteinte à la sécurité d’Etat.
La mère du condamné appelle les familles de tous les jeunes gens arrêtés à s’unir pour réclamer la liberté des prisonniers politiques. Rappelons que nombre de manifestants sont encore en attente d’un procès et que les peines requises contre eux vont de 12 à 30 années de prison. Il apparaît, d’après les récentes condamnations prononcées, que les verdicts collent de très près à ces réquisitions.

Read Full Post »

Older Posts »