Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘03. Autres écrits’ Category

Insolidarios

Solidaires avec les banques,
nous leur confions notre argent.
Solidaires avec les politiciens,
nous leur confions notre volonté.
Solidaires avec les chefs d’entreprise,
nous leur confions nos vies.
Solidaires avec les policiers
nous leur confions notre autorité.
Solidaires avec l’Église,
nous lui confions notre foi.
Non solidaires avec nos compagnons de classe,
nous n’avons toujours pas aboli le travail,
nous n’avons toujours pas brûlé l’argent,
nous n’avons toujours pas cessé de voter,
nous n’avons toujours pas récupéré la politique,
nous n’avons toujours pas assumé notre responsabilité,
nous ne nous sommes toujours pas approprié nos vies,
nous n’avons toujours pas confiance en nous,
et nous continuons. »

(Antonio Orihuela,
poète et essayiste libertaire espagnol,
« Todo el mundo está en otro lugar », Ed. El baile del Sol, 2011)

Read Full Post »

J’ai une pensée émue – façon de parler, bien sûr – pour tous ces vieux staliniens qui, sans le dire trop ouvertement aujourd’hui, détestaient Gorbatchev, tenu pour responsable du démantèlement de leur chère URSS.
Pour eux, cette chanson de ce « compagnon de route » qui a fini par ouvrir prudemment les yeux. Un peu tard, certes, mais bon…

Read Full Post »

La meute

Toute la meute adoratrice
de la répression à outrance
s’indigne d’une course de karting
dans l’enceinte d’une prison,
alors que le scandale
c’est précisément
qu’il n’y en ait pas davantage.

Read Full Post »

Rappel

« Voilà ce qui arrive quand on heurte
la conscience des croyants. »
(Déclaration de Mgr Decourtray,

en 1989,
quand fut lancée la fatwa
contre l’écrivain Salman Rushdie.)

Read Full Post »

Read Full Post »

Où l’on voit que l’on peut employer les termes « Negro », « Youpin », « Chinetoque », et faire une chanson éminemment antiraciste, n’en déplaise aux adeptes des pudeurs langagières de notre époque moralisante.

.

Read Full Post »

L’aveu

Le 26 mars dernier, le groupe La Sociale de Rennes (Fédération anarchiste) avait invité l’épicier Philippe Raulin à venir s’exprimer sur la création et l’existence d’une AMAP (Association pour le maintien de l’agriculture  paysanne) à Saint-Denis, en banlieue parisienne, projet dans lequel il est impliqué depuis plusieurs années.
L’enregistrement de cette rencontre est diffusé en quatre parties sur la chaîne YouTube. Dans le premier volet, l’expert en salades déclare ceci : « Le système associatif ne fait que reproduire le système parlementaire. Tenez, là, on est une dizaine, on en prend un, ou une, au hasard, on lui dit tiens, toi, t’es président, toi t’es trésorier, toi t’es ceci…  Au bout de trois-quatre ans, eh ben la personne sera vraiment présidente. Et elle aura un comportement de président. C’est-à-dire que ça crée des pouvoirs. »
De la part d’un gars qui est resté une trentaine d’années au secrétariat de Radio-Libertaire, directement ou via prête-noms, comme il le disait lui-même, c’est assez cocasse. Quel aveu !

Read Full Post »

Evoquant le droit à l’avortement, qui a dit : « Depuis quand les femmes travailleuses réclameraient le droit d’accéder aux vices de la bourgeoisie ? Jamais ! » ?

Quelle organisation politique déclarait à l’issue de son congrès, en 1956 : « Le néomalthusianisme, conception ultra-réactionnaire, remise à la mode par les idéologues de l’impérialisme américain, est une arme aux mains de la bourgeoisie pour détourner les travailleurs de la lutte pour les revendications immédiates, pour le pain, pour le socialisme » ?

Read Full Post »

Louise Michel et les Communards au bagne de Nouvelle-Calédonie.
Expo photos et conférence.
Ça se passe les 23 et 24 juin à Publico, siège de la Fédération anarchiste, 145, rue Amelot, Paris-11e.

Read Full Post »

Entre les deux tours des législatives, il n’aura été question que de deux choses : d’un côté, le score de la Nupes, présenté de manière invraisemblable comme une sorte de révolution, alors qu’on assistait simplement à un (petit) rééquilibrage du paysage politique classique droite-gauche, avec quand même une gauche assez faible en pourcentage ; de l’autre, le score à venir du camp macroniste et la question de savoir s’il aurait ou non la majorité absolue à l’Assemblée. Or le seul élément marquant, et inquiétant, dès le premier tour, c’était encore une fois la progression continue du Rassemblement national, ce que les résultats du second tour ont confirmé, mais qui n’a pas eu l’air d’inquiéter grand monde. On a préféré, en effet, abandonner la piste aux seuls Macron et Mélenchon, l’auguste et le clown blanc du cirque électoral.

Jour d’élection
Dimanche 19 juin au matin : la radio annonce 72% d’abstention en Guadeloupe et 74% en Martinique. Qu’à cela ne tienne, quelques personnages sont tout de même « élus » avec, en gros, 13 ou 14% des inscrits. Vous croyez qu’il s’en trouverait un parmi eux, un seul, pour dire « non, avec un tel score, je ne peux prétendre raisonnablement être élu du peuple » ? Ça aurait pourtant de la gueule, ça montrerait qu’on peut être à la fois candidat et digne.
Mais la dignité en politique…

17 heures : le taux de participation sur l’ensemble du territoire national est de nouveau en baisse par rapport au premier tour, déjà très marqué par une forte abstention.
Je zappe sur les chaînes d’info. A de rares exceptions près, tout le larbinat du journalisme politique y va de ses jérémiades, dans un ensemble touchant, sur cette « situation préoccupante », cette « inquiétude pour la bonne santé de notre démocratie ». Ce ne sont pas les diverses raisons qui amènent les citoyens à se détourner des urnes qui sont préoccupantes ou inquiétantes, non, c’est encore et toujours l’abstention. La propagande avait pourtant fonctionné à plein, avec force reportages au plus près du peuple et électeurs conscients de leur devoir rappelant que « nos anciens se sont battus pour ce droit* ».
20 heures : Macron marche à reculons, les fachos jubilent et « le téléphone pleure ».

Allô
Écoute, Emmanuel est près de toi ?
Il faut lui dire « Manu, c’est quelqu’un pour toi »
Ah, c’est le monsieur de la Nupes
Bon, je vais le chercher
Je crois qu’il est dans son bain
Oh dis-lui que j’ai mal
Si mal depuis cinq ans
Le téléphone pleure quand il n’appelle pas
Quand je crie « premier ministre »
Les mots se meurent dans l’écouteur
Oui, le téléphone pleure, ne raccroche pas…

(Claude François, pcc Floréal)

Après 20 heures : sur les plateaux télé, tout le monde a encore une fois plus ou moins gagné, tous les politiciens continuent d’asséner « les Français ceci… », « le peuple cela… », quand plus de la moitié de ces Français et de ce peuple (54%) les a superbement ignorés.

_______________

* Outre que jamais aucun exemple n’est fourni de ce combat particulier des anciens pour le droit de vote, il est permis de répondre à ceux qui avancent cet argument que si tel a été le cas les anciens en question eussent mieux fait de se battre pour autre chose de plus exaltant.

Read Full Post »

Older Posts »