Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘02. A la petite semaine’ Category

Pour faire peur, quoi de plus efficace que le recours à ce bon vieil argument de l’anarchie qui menace ?
« Ce qui est en danger, ce sont nos institutions. Ce que cherchent Jean-Luc Mélenchon et la Nupes, ce n’est pas le pouvoir, c’est d’affaiblir nos institutions, c’est au fond l’anarchie », déclare, apeurée, la baronne Amélie de Montchalin, descendante d’aristocrates rescapés de la guillotine et ministre (provisoire) de la Transition écologique.
Mais non, Amélie, te tracasse pas, la bande à Mélenchon déteste autant que toi les anarchistes.

Read Full Post »

Alarme !

Si l’abstention aux législatives bat des records, comme certains spécialistes le supposent et souvent le redoutent, ce ne sera en tout cas pas la faute de France Info. Ce matin, « Ohé, auditeurs et électeurs, c’est l’alarme » ! Grosse opération de propagande, donc, pour inciter le citoyen hésitant à se rendre à cet autre genre de messe du dimanche, avec pleurnicheries et jérémiades à gogo des « experts » sur « ce symptôme inquiétant pour la bonne santé de notre démocratie » (sic).
Les bateaux coulent, il faut sauver les capitaines !

Read Full Post »

L’éventuelle victoire du salmigondis politique appelé Nupes aux prochaines législatives et la possibilité de voir l’histrion Mélenchon s’installer à Matignon ont rendu Michel Sardou fiévreux et menaçant. Bombant le torse face à l’approche de l’apocalypse, adoptant le ton fanfaron du « retenez-moi ou je fais un malheur », l’artiste réac XXL a lancé publiquement : « Attention, danger ! S’il passe, je me tire. » Une France sans Sardou, ça fait peur, hein ?!
L’artiste étant populaire, et Mélenchon n’ignorant point que nombre d’électeurs sont assez crétins pour lui refuser leurs votes s’il s’avisait de s’en prendre à leur idole, le « Che d’isoloir » a donc préféré se faire obséquieux à souhait et implorer le troubadour de ne pas faire ses valises pour le Connemara : « Beaucoup de Français vous aiment et le pays a besoin de votre affection aussi. »
S’il fallait absolument une réponse à cette grotesque promesse d’exil volontaire, elle eût consisté de la part du principal intéressé, pour la rendre à la fois amusante et digne, à lui adresser le propos que tint en son temps cet autre président méprisant que Sardou a tant aimé : « Casse-toi, pauvre con ! »

Read Full Post »

Jacques Dutronc votera Fabien Roussel, il l’a fait savoir. Deux années de pandémie ayant assoupi un peu tout le monde, ils ont tardé à se manifester, les m’as-tu-vu des présidentielles. Mais ça y est, depuis quelques jours, nous savons pour qui voteront Marion Cotillard, Pierre Arditi, Bruno Solo, Elie Semoun, Blanche Gardin, Brigitte Bardot, Alain Delon, l’inévitable Renaud et autres artistes, écrivains ou intellectuels de plus ou moins grande renommée.
Côté artistes en marge, où l’on souffre parfois de rester à l’ombre, certains se croient tenus de faire la même chose, mais les médias – ces ingrats – les ignorent superbement là encore, alors ça reste dans le domaine des réseaux sociaux et dans l’entre-soi, qui existe là aussi.
Je souhaiterais qu’un jour un journal ayant un peu d’humour, pour ramener tout ce beau monde à un peu plus de modestie et d’humilité, publie, à côté de ces listes prestigieuses, un truc du genre « Appel des livreurs de pizzas à voter Machin » ou « Les femmes de ménage ne soutiennent personne », suivi de noms que personne ne connaît.
J’avais écrit le billet ci-dessous à l’occasion de la présidentielle de 1995.

Les idiots inutiles

Maintenant que sont connus les noms des candidats pour la course à l’Élysée, nous ne devrions plus tarder à voir s’étaler dans la presse ces pitoyables listes de soutien aux divers sauveurs de la République.
A nouveau, donc, philosophes et intellectuels courtisans et pour la plupart véreux, artistes de cour parfois sans talent mais avides de subventions, personnalités d’un tout-spectacle navrant vont venir s’afficher sans pudeur, comme si leur choix en la matière relevait d’une réflexion plus approfondie et présentait plus d’importance que ceux d’un plombier-zingueur, d’une caissière de supermarché ou de votre voisin de palier.
Lénine qualifiait jadis d’« idiots utiles » les intellectuels compagnons de route chargés de vanter la camelote faisandée d’une avant-garde éclairée monstrueuse. Aujourd’hui que les dirigeants de tout poil ont sévi outre mesure, ces listes d’éternels jobards et de m’as-tu-vu sont devenues plutôt indignes, et les idiots bien inutiles.

Read Full Post »

« Mon travail à l’époque était de dire du mal de Jean-Luc Mélenchon. On m’avait demandé ça au Parti socialiste, c’était explicitement mon cahier des charges, ce dont je m’acquittais avec grand plaisir, avec sincérité. » Un an plus tard, « on m’a demandé de dire du bien de Mélenchon », raconte Raphaël Enthoven au micro d’Europe1. « C’est pas que je ne voulais pas dire du bien de Mélenchon. C’est juste que je soupçonnais l’insincérité derrière ces retournements de veste. Et donc, j’ai quitté le Parti socialiste, convaincu de son inutilité. »
Voilà un type qui était payé pour dire du mal d’un homme politique, et peu importe ici ce qu’on pense de ce dernier. Intellectuel apprivoisé, Enthoven le mercenaire voulait bien continuer à être payé pour en dire ensuite du bien, puisqu’on lui demandait, mais les dirigeants du PS ne lui paraissaient pas sincères.
Cet intellectuel à gages ose se réclamer de Camus. Salopard !

Read Full Post »

Qu’est-ce qui peut bien pousser des journalistes à demander aux artistes leur point de vue sur des sujets qui n’ont rien à voir avec leur métier ? Et plus encore, qu’est-ce qui amène lesdits artistes à répondre, entretenant par là même l’idée que leur opinion sur une élection à venir ou sur la récolte des châtaignes en Ardèche, par exemple, nous intéresse ou présente, en tout cas, plus d’importance que ce que peut en penser un plombier ou une caissière de supermarché ?
Evidemment, quand une question commence par « Que pensez-vous de… », le risque est grand de voir la personne à qui elle est adressée se prendre illico pour un penseur, ce que dément presque aussitôt son propos.
Dans un entretien publié par Le Figaro, la comédienne Fanny Ardant, à qui on demande si elle constate elle aussi un prétendu « retour du couple », y va donc hardiment de sa réponse stupide et nullement argumentée. Ce n’est certes pas dramatique, dans la mesure où on ne voit pas pourquoi une comédienne de renom n’aurait pas le droit de proférer des âneries. Le plus grave est qu’elle parvient à glisser dans sa réponse une sorte de désolation quant à l’absence d’hommes politiques dignes de ce nom. Et là arrive l’hommage à celui qu’elle considère comme le dernier en date de ces regrettés spécimens, le fusilleur en chef de la dictature cubaine, Che Guevara.
En juin 2020, c’est le chanteur-somnifère Benjamin Biolay* qui faisait connaître son admiration pour cet assassin psychopathe. Voilà maintenant qu’une autre ignorante vient ajouter sa sottise à cette indécence.
Mais quand vont-ils la fermer, ces m’as-tu-vu ?

____________

* https://florealanar.wordpress.com/2020/08/20/le-diner-qui-ne-passe-pas/

Read Full Post »

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU est composé de représentants de 47 Etats « élus [pour une durée de trois ans] directement au scrutin secret, à la majorité des membres de l’Assemblée générale des Nations unies », nous dit le site officiel de l’ONU en langue française. Précision importante : « L’Assemblée générale tient compte de la contribution des États candidats à la promotion et à la protection des droits de l’homme. »
Parmi ces pays qui viennent d’intégrer le Conseil en ce début d’année et où l’on bichonne particulièrement ces fameux droits de l’homme, on compte en ce 1er janvier 2022 le Pakistan, la Mauritanie, le Qatar, la Somalie, la Russie, la Libye, l’Erythrée, le Venezuela, Cuba et la Chine.
Les droits de l’homme viennent d’en prendre pour trois ans ferme. Ils seront bien gardés.

Read Full Post »

La société de la charité permanente impose une fois encore son Téléthon annuel, au profit de la recherche, domaine qui continue donc en partie de dépendre de la mendicité.
Ce qui devrait être une véritable honte sociale, comme l’est entre autres la permanence des Restos du cœur trente-six ans après leur création, présente au contraire, par personnalités proprettes, gentilles vedettes et médias interposés, des airs de fête et de bonne action.
Il est cocasse d’observer que ce spectacle navrant a lieu au lendemain même des satisfactions enregistrées par le monde économique et politique avec la vente massive d’avions de guerre à un pays pas franchement porté sur les valeurs de nos démocraties de l’aumône.
Les jours de Téléthon, pour ma part, j’écoute Sarclo.

Quand on verra les militaires
Sans un rond pour les canons
Qui devront faire pour leurs guéguerres
Des super-téléthons
On fera la guerre à la misère
Sans venir pleurer sur mes rognons
Je pourrai les déglacer pépère
Au saint-émilion
Quand on verra les militaires
Qui font la manche pour les canons
Avec des trous dans la visière
Et dans les pantalons
On fera la guerre à l’hiver
Sans venir piquer mon pognon
J’irai chanter pour l’abbé Pierre
A la télévision

Read Full Post »

Le site officiel du Monde libertaire ayant mis en ligne l’éditorial du dernier numéro paru, je me suis empressé d’en lire le contenu.
Et je tombe sur cette phrase : « Nous, anarchistes, avons toujours pensé que le parlementarisme était aussi oppressif que les dictatures les plus assumées. » Je venais de publier sur mon propre blog, quelques minutes auparavant, une de mes chroniques régulières consacrées à Cuba faisant état des peines de prison requises – de 13 à 27 ans, quand même ! – contre des gens dont le crime est d’avoir simplement manifesté aux cris de « A bas la dictature ! ». Je les ai imaginés un instant lisant cet éditorial… avant de réaliser qu’une publication anarchiste, aussi anti-impérialiste soit-elle, ne pouvait circuler là-bas.

Je me demande sur quoi se fonde l’auteur de cet édito pour asséner une telle affirmation. Car il n’est pas vrai que « nous les anarchistes » ayons mis sur un même plan les systèmes dictatoriaux et parlementaires. Bien des plumes libertaires ont su, tout au contraire, établir des différences fondamentales entre eux, tout en soulignant la nécessité de les combattre. Sans éprouver de sympathie ni pour l’un ni pour l’autre, est-il permis de penser qu’il existe quelques différences entre Adolf Hitler et François Bayrou sans aussitôt passer pour un traître à la Cause ? Sans non plus se faire d’illusions sur l’attachement des démocraties parlementaires à la liberté d’expression, peut-on se demander s’il est possible d’écrire pareil édito et plus encore de le publier dans une « dictature assumée » ?
Je veux bien qu’en l’absence d’occupant nazi et de maquis du Vercors une conduite immature, trop souvent présente au sein des milieux anarchistes, amène certains agités à jouer les résistants d’opérette en s’imaginant « armée des ombres », mais nul n’est tenu de prendre cela au sérieux. Et Le Monde libertaire a toujours su se démarquer de tous ces « antifascistes » et « anars » radicalisés, planqués sous pseudonymes, qui ne savent que cracher invectives et injures sur les réseaux sociaux et les plateformes de « débat » où pullulent des parallèles aussi hasardeux.
Nulle cause ne peut prétendre triompher sans convaincre. Croit-on vraiment, « nous les anarchistes », que c’est avec ce type de formules maximalistes et de radicalisme puéril dont se repaît le microcosme militant que l’on sera pris au sérieux ?

Read Full Post »

Eric et Corinne

Ce n’est pas la première fois que Zemmour profère une petite saleté au sujet des prénoms d’origine étrangère ou non chrétiens, qu’il souhaiterait désormais interdire. Il y a trois ans déjà, lors d’une de ces émissions de télévision où pullulent les propos de comptoir, il avait prétendu que le prénom porté par une jeune femme, Hapsatou, était une insulte à la France. Puis il avait complété son propos par ces mots : « Normalement, chez moi, on doit donner des prénoms dans ce qu’on appelle le calendrier, c’est-à-dire des saints chrétiens. » [Au passage, mon prénom est donc lui aussi une insulte à la France, mais je m’en suis remis.] Zemmour concluait, en s’adressant à cette jeune femme, que le prénom Corinne lui irait très bien.
Dans un article publié au lendemain de la prestation télévisuelle de ce navrant parasite, Alain Rémond lui avait répondu : « Je suis au regret de révéler à Eric Zemmour que Corinne ne figure pas dans le calendrier des saints chrétiens, pour la bonne raison qu’il n’existe aucune sainte Corinne dans toute l’histoire du christianisme. » Réponse d’autant plus savoureuse qu’elle fut publiée dans le quotidien La Croix.

Read Full Post »

Older Posts »